Découvrir l’ULM Autogire

Qu’est ce que l’ULM Autogire ?

Description de l’ULM Autogire par MagniGyro Italie

L’autogire, qui s’écrit également autogyreest un aéronef (Appareil capable de se déplacer dans les airs). Il est souvent comparée à une moto volante ou un mini hélicoptère. L’autogire est l’une des machine les plus pratiques et maniables qui ait jamais été conçu, surtout la machine volante la plus sûre et fiable construite à ce jour. 

Son fonctionnement. Grâce à une voilure tournante sans transmission de puissance, qui assure la sustentation, et dont la propulsion est assurée par une hélice entraînée par un moteur. L’hélice entraînée par le moteur fournit la force de traction/poussée. 

Les principales caractéristiques d’un Autogire sont; la fiabilité, la maniabilité et la simplicité conceptuelle. Le vol en autogire est une expérience agréable, avec une conception moderne, une technologie de pointe et des matériaux appropriés à l’aviation. 

 

Un peu d’histoire

En 1923, Juan de la Cierva, suite à la perte d’un ami dans un accident d’avion, décide d’inventer une nouvelle machine. L’accident est le résultat d’un décrochage de l’avion (le décrochage d’un avion survient lorsque la vitesse passe en dessous de sa vitesse minimale, dite vitesse de décrochage, d’où le nom de « perte de vitesse ») . Il créa le tout premier Autogire, le « La Cierva C4 », le tout premier avion qui ne peut pas décrocher. C’est le 23 janvier de cette même année, que l’autogire réalise son premier vol.

Le définit de Juan s’est joué autour de la conception d’un aéronerf à voilure tournante, qui posait des problèmes sur l’alimentation du rotor en air et provoquait une augmentation de la portance de la pâle avançante, et une diminution de la pâle reculante. Juan a réussi à équilibrer ces portances, suite à la création d’un rotor articulé permettant aux pâles un mouvement de balancier.

On dit « Merci Juan » pour la fiabilité de l’Autogire  !

Différence entre Autogire et Hélicoptère

L’Autogire à l’apparence d’un Hélicoptère, ont des différences conceptuelles, notamment sur le rotor. Les forces aérodynamiques, les stress, les angles d’incidence et les degrés de liberté disponibles sont différents. Le vol de façon global est différent. Du côté de l’Autogire, l’autorotation garantie par l’écoulement d’air provoque l’avancement du gyro, qui ensuite investit le disque balayé, en le traversant du bas en haut. Ainsi, la tête du rotor à une liberté de mouvement qui permet de gérer le passage du flux d’air. Pour le pilote, tout se joue grâce au manche.

L’Autogire ne peut pas ou très peu, faire de vol stationnaire comme un hélicoptère. Pendant le vol, le régime rotor est auto-stabilisé en fonction du facteur de charge, le type de manoeuvres et les conditions météorologiques rendre le pilotage très facile de l’Autogire.

Les Autogires ne sont pas capables de décoller verticalement, comme les hélicoptères. Le pré-lanceur est le seul mécanisme de transmission de puissance. Une fois débrayé, l’autogire roule quelques mètres (40 à 80 m) pour gagner de l’accélération. Pour l’attérissage, on estime environ 2 à 3m, pour les autogires Magni.

Maintenant que vous savez tout sur l’ULM Autogire, il faut vous lancer !

Nous vous proposons difféntes façons de tester l’autogire :

Baptême, découvrez les sensations de liberté

Vol initiation, prenez les commandes !

École de pilotage, apprenez à dompter l’autogire !

Logo-LaMaugerieUlm